Il n’a pas du tout foré ce n’est pas inhabituel de nos jours. Parce que les possibilités de traitement dentaire en douceur sont de plus en plus avancées et elles font disparaître la peur que beaucoup de gens ont des forêts et des injections d’anesthésiques. Des alternatives douces sont déjà disponibles aujourd’hui, mais elles doivent encore résister à l’examen scientifique. Les dentistes éliminent les caries à l’aide d’air comprimé et d’un gel spécial, traitent les dents malades à l’ozone et utilisent un bâtonnet anesthésiant au lieu d’une seringue sans aiguille.

Examen oral

Des dents saines et moins de peur chez les patients, ce sont les effets agréables des innovations médicales. Aujourd’hui, la détection et le diagnostic précoces sont plus efficaces et plus pratiques que jamais pour le patient, par exemple, il existe des appareils de radiologie modernes qui permettent de réduire l’exposition aux radiations. Pour les examens buccaux, le dentiste peut utiliser une caméra buccale numérique. Il peut ainsi afficher la situation des dents du patient sur un écran et tous deux peuvent discuter ensemble du traitement à venir. Le patient se sent plus impliqué et moins à la merci du dentiste. Il connaît la situation initiale et peut mieux évaluer les étapes de traitement individuelles suivantes.

Avec de l’air comprimé et du gel contre les caries

Les Français ont mis au point un nouveau système qui élimine les caries à l’aide d’air comprimé, de minuscules particules d’un agent médical sont appliquées avec précision à la surface de la dent sous l’effet de l’air comprimé. Les particules pulvérisent simplement la zone cariée. Une méthode développée par d’autres pays, par contre, utilise un gel spécial au lieu d’une perceuse, qui souvent enlève aussi la substance saine des dents. Le gel est appliqué sur la zone cariée et rend les caries molles. Il peut ensuite être facilement gratté avec un outil à main. Les deux modèles sont conçus pour assurer un traitement silencieux et indolore et rendre ainsi la visite chez le dentiste plus agréable. Il convient d’examiner plus avant si ces méthodes présentent les mêmes avantages que l’élimination classique des caries.

L’ozone, tueur de caries

L’ozone à oxygène actif est une autre alternative dans le traitement des caries. Cette méthode permet d’éliminer les petits dommages causés par une fissure ou une carie radiculaire. La zone à traiter est d’abord soigneusement nettoyée, puis elle est gazée à l’ozone pendant quelques secondes. L’ozone pénètre dans la carie et tue les micro-organismes qu’elle contient sans aucun effet secondaire négatif, car le gaz est immédiatement aspiré à nouveau en créant un vide. Ensuite, la réparation proprement dite commence : un vernis minéralisant est appliqué. Ainsi, la zone cariée n’est pas enlevée ou percée, mais elle est plutôt durcie par le vernis et peut rester dans la dent. Le succès de cette méthode n’a pas encore été suffisamment prouvé scientifiquement à ce stade.

Seringue sans aiguille

Entre-temps, l’injection d’anesthésiques sans aiguille est également possible : pour l’injection, par ailleurs très douloureuse, dans la zone des dents de devant, un bâtonnet a été mis au point, qui permet de faire passer l’anesthésique sous la muqueuse par pression. Le patient ne ressent qu’un court coup, pas de perforation. Parfois, cependant, une injection est inévitable, par exemple lors d’un traitement de canal. Mais il y a de l’aide ici aussi : un système d’anesthésie contrôlé par ordinateur minimise la douleur lors de l’insertion de l’aiguille dans les couches de tissu plus profondes. Pour ce faire, le système mesure la résistance du tissu et ne libère ensuite que la quantité de solution anesthésiante nécessaire pour anesthésier la zone autour de la pointe de l’aiguille. De cette façon, l’aiguille se fraye un chemin plus loin dans le tissu, pratiquement sans douleur.

Techniques de minimalisation de l’invasion

Le traitement de remplissage minimalement invasif est beaucoup plus doux et donc moins douloureux que la méthode classique. Seules de très petites caries sont percées et la substance dentaire saine est ainsi préservée plus qu’avec des formes de thérapie comparables. En outre, cette technique améliore aussi considérablement la conception visuelle et fonctionnelle du remplissage. L’approche axée sur la conservation de la substance et sur les défauts pose des exigences élevées aux compétences et à l’équipement du dentiste. Il en va de même pour les traitements des gencives, où des techniques microscopiques peuvent être utilisées pour réduire la taille de l’intervention et le gonflement postopératoire, et donc la douleur, peut être réduite au minimum.