Est-ce douloureux de se faire poser un implant dentaire ?

La pose d’implants, un acte chirurgical qui a révolutionné l’odontologie provoque souvent des inquiétudes. Cette intervention est-elle douloureuse ? Souffre-t-on dans les jours qui suivent ? Les progrès réalisés en matière d’implantologie et les moyens connus pour traiter la douleur ont de quoi rassurer les futurs patients.

Avec les progrès de l’implantologie, un acte devenu moins invasif

La méthode classique de pose d’implants implique le décollement de la gencive ce qui peut entraîner une légère sensibilité après l’opération. C’est la raison pour laquelle la technique Flapless, beaucoup moins invasive, est souvent privilégiée. Flapless est une méthode d’implantologie dernière génération par laquelle le praticien réalise la pose d’implants dentaires sans inciser la gencive et sans points du suture. Se faire poser un implant dentaire via ce procédé moderne garantit ainsi des suites post-opératoires réduites à leur plus simple expression voire totalement indolores.

La pose d’implants : Une intervention sans douleur

Pendant la pose d’implants dentaires

Quelle que soit la technique utilisée, la pose d’implants se pratique sous anesthésie locale avec insensibilisation de toute la zone cible. Elle évite ainsi au patient de ressentir la moindre douleur durant l’intervention. Avec ce type d’anesthésie vous pouvez partir immédiatement après l’acte. L’anesthésie générale est possible mais réservée aux personnes très anxieuses ou lorsque des complications médicales comme la reconstitution osseuse le nécessitent. Lorsqu’elle est réalisée en bloc opératoire, la pose d’implants peut parfois s’accompagner d’une sédation intraveineuse réalisée par un médecin anesthésiste. Elle plonge alors le patient dans un état de bien-être tout au long de l’intervention. Cette sédation vient en complément de l’anesthésie locale et rassure ainsi les patients anxieux.

La douleur après l’acte

La douleur post-opératoire varie en fonction du nombre d’implants dentaires mis en place et de la méthode utilisée. On considère que pour un ou deux implants, la douleur reste minime et largement supportable avec la prise d’un antalgique classique. S’il s’agit d’un acte plus lourd avec la pose de plus d’implants, le patient peut ressentir une gêne durant quelques jours après l’intervention. D’une manière générale, le chirurgien-dentiste prescrit toujours un antidouleur après l’opération en sachant que la prise d’aspirine ou de tout autre médicament dérivé est absolument contre-indiquée pour éviter les risques d’hémorragie.

Les éventuelles conséquences post-opératoires

Des réactions avec une légère douleur sont possibles après la pose d’un implant dentaire. Dans ce cas aussi, la prise d’un analgésique suffira à atténuer voire faire disparaître complètement toute souffrance. Parmi ces complications on citera :

  • Les saignements pouvant survenir surtout le premier jour lors d’une implantation multiple. Une vessie de glace maintenue pendant 30 minutes sur la joue aide à limiter les pertes de sang et à calmer la douleur. Il est vivement déconseillé de se rincer la bouche ou de cracher au risque d’aggraver le problème.
  • L’œdème, une réaction inflammatoire qui se manifeste par un gonflement de la gencive et de la joue. Une poche de glace posée au minimum 30 minutes dès l’apparition de l’œdème sera également bénéfique.
  • L’hématome, une autre conséquence liée à la pose d’implants traduit le traumatisme subi par la gencive et la présence d’un amas sanguin à l’intérieur des tissus. La joue devient bleu/violacé. Cette manifestation externe, bien qu’impressionnante, est la plupart du temps indolore.

Grâce à la prise d’antalgiques et d’anti-inflammatoire après l’acte chirurgical, vous ne ressentirez aucune douleur et pourrez reprendre vos activités tout de suite. Il conviendra toutefois de respecter les consignes données par le praticien au regard de votre alimentation et de votre hygiène bucco-dentaire.